Validation canadienne francaise de l’Interactional Dimensions Coding System (IDCS)

Systeme d’Observation des Dimensions d’Interaction (SODI): validation canadienne francaise de l’Interactional Dimensions Coding System (IDCS)

Chartrand, Elise

Resume

Vingt couples maritalement ajustes et 20 couples non ajustes francophones partic ipent a une etude evaluant la validite convergente et predictive d’une mesure globale d’interactions de couples, le Systeme d’observation des dimensions d’interaction (SODI), version francaise et modifiee de l’Interactional Dimensions Coding System (IDCS) . Les discussions des couples portant sur un probleme conjugal sont videofilmees et codifiees a l’aide du SODI. Le SODI possede une bonne fidelite interjuges et de s coefficients de convergence eleves entre les comportements individuels et la mes ure subjective de l’ajustement marital des deux conjoints. Les comportements des ho mmes et particulierement ceux des femmes presentent de bons coefficients de convergence avec les perceptions de desaccords conjugaux et les comportements d’intimite au cours de l’interaction. Par ailleurs, la comparaison entre les dimensions du SODI et des mesures de satisfaction immediatement apres la discussion, ainsi qu’un an apres la rencontr e initiale, montre de meilleures associations entre les comportements des hommes e t les mesures ulterieures.

Abstract

Twenty maritally adjusted and 20 maritally unadjusted French – speaking couples participated in a study assessing the criterion validity of a global measure of couples’ inte ractions, the Systeme d’Observation des Dimensions d’Interaction (SODI), a modified French ver sion of the Interactional Dimensions Coding System (IDCS). Videotaped marital conflict discussions were coded using the SODI. The SODI showed excellent reliability and good concu rrent validity with measures of spouses’ marital adjustment. Husbands’ and more particularly w ives’ behaviors showed good associations with perceptions of relationship problems and behavioral measures of interactional intimacy. Correlational analyses of the associations b etween the SODI and measures of satisfaction immediately after the discussion and a year later i ndicated better predictive coefficients for the husbands’ than for the wives’ behaviors.

Les systemes d’observation generalement utilises en recherche sur l’ajustement marital se caracterisent par de petites unites d’observation et de faibles nivea ux d’inference. Ces systemes sont dits microanalytiques, par opposition aux system es globaux caracterises par de larges unites et des niveaux d’inference eleves. D’apres Markman et Notarius (1987), l’utilisation d’un systeme global ou microan alytique depend des connaissances acquises dans un domaine donne. L’identification de pat rons differents d’interaction chez les couples ajustes et non ajustes a ainsi facilit e le developpement d’une generation nouvelle de systemes en incorporant les connaissances acquises dans des codes globaux d’observation.

Parmi les premiers systemes de cette generation, on note l’Interaction Dime nsion Coding System (IDCS; Julien & Markman, 1987; Julien, Markman, & Lindahl, 1989), le Rapid Couples Interaction Scoring System (RCISS; Krokoff, Gottman, & Hass, 1989), et l e Marital Interaction Coding System – Global (MICS – GLOBAL; Weiss & Tolman, 1990). Ces systemes visent a definir des procedures economiques d’observation, evaluer les dimensions de communication positives et negatives theoriquement pertinentes et predire l’ajustement marital ulterieur des couples.

Caracteristiques de l’IDCS

Le IDCS permet d’evaluer les interactions maritales au moyen de cinq dimensions individuelles negatives (Conflit, Dominance, Retrait, Denegation et Affect negat if), quatre dimensions individuelles positives (Habiletes de communication, Soutien – validation, Resolution du probleme et Affect positif), et deux dimensions dyadiques (Escalad e positive et negative). Les dimensions sont coherentes avec les theories de la detresse m aritale (Markman & Notarius, 1987) et elles sont definies a partir de patrons comporteme ntaux reconnus pour discriminer les processus de communication fonctionnels et dysfonc tionnels dans la famille (Hetherington & Martin, 1972; Jacob, 1975; Schapp, 1984).

L’observation d’une interaction au moyen de l’IDCS s’effectue sur trois uni tes d’evaluation correspondant aux trois tiers successifs de l’interaction. Les neu f dimensions individuelles sont evaluees separement pour chaque partenaire et pour chacun des trois segments. L’evaluation des dimensions s’effectue sur une echelle de type L ikert allant de peu (1 – 2 – 3), a modere (4 – 5 – 6), a beaucoup (7 – 8 – 9). Le score sur l es echelles est fonction de regles d’inferences definies et depend du nombre, de la frequence et de l’intensite d’indices comportementaux definissant chaque dimensi on. L’observation des trois tiers terminee, les neuf dimensions individuelles sont u ne quatrieme fois evaluees sur l’ensemble de l’interaction comme unite d’evaluation. Les dimensions dyadiques sont mesurees avec la meme procedure mais elles ne sont codifiees que pour la dyade, en utilisant l’ensemble de l’interaction comme unit e d’evaluation.

Fidelite et validite de l’IDCS

Julien et al. (1989) evaluent les proprietes metriques de l’IDCS chez un groupe de 59 couples anglophones americains en mesurant la fidelite interjuges, la validit e convergente et la validite predictive de l’instrument.

Les coefficients de fidelite (correlations de Pearson) sont en moyenne de . 70 pour les hommes et de .74 pour les femmes. La fidelite des dimensions specifiques at teint le seuil critique de .30, a l’exception de la Dominance et de la Resolution de p robleme chez les hommes, et du Retrait, du Soutien – validation et de l’Affect positif c hez les femmes. Les couples selectionnes dans cette etude ayant maintenu leur relation pendant a u moins quatre ans, ils etaient en moyenne plus satisfaits maritalement que ceux d’etude s comparables et les auteurs – es interpretent la faible fiabilite de certaines ec helles comme un effet possible de la variance comportementale reduite associee a la fai ble variance des scores d’ajustement marital.

Les coefficients de validite convergente sont etablis entre les dimensions de l’IDCS et deux mesures de questionnaires auto -administres, le Marital Adjustment Test (Locke & Wallace, 1959) et le Relationship Problem Inventory (Knox, 1971). Des coefficie nts sont aussi calcules avec les scores d’affect positif, neutre et negatif obtenus avec un mic rosysteme d’observation, le Couple Interaction Scoring System (CISS, version premaritale, Markman, Jamieson et Bigelow, 1982). L’etude de convergence montre des coefficients mode res entre la plupart des dimensions des hommes et les mesures auto – administrees. T outefois, a l’exception du conflit, aucune dimension chez les femmes n’est correlee a leur score d’ajustement marital. Rappelons que la variance potentiellement reduite d es scores de l’IDCS, due a la specificite de l’echantillon, a pu attenuer la grandeur d’association de l’IDCS avec des mesures concurrentes d’ajustement marital.

Par ailleurs, la convergence entre l’IDCS et les mesures comportementales m icroscopiques est bonne, la plupart des dimensions negatives de l’IDCS etant associees a la me sure de l’Affect negatif du CISS. Les dimensions positives sont correlees plus faibl ement a l’Affect positif du CISS, mais elles sont positivement associees a l’Affect ne utre. Le fait que certains indices comportementaux des dimensions positives de l’IDCS cor respondent aux indices d’Affect neutre du CISS justifie ces resultats.

La validite predictive de l’IDCS est evaluee en mesurant l’association entr e les dimensions dyadiques, Escalade positive et negative, mesurees au temps 1, et les scores d’ajustement marital obtenus au premariage, 1 – 1, 5 ans, 2 – 3 ans et 3 – 4 ans apres l’observation initiale. Les dimensions dyadiques de l’IDCS sont associees a ces mesures d’ajustement marital ulterieur, suggerant une capacite de prediction superieure a celle obtenue avec un systeme microscopique (CISS).

L’IDCS est donc un bon instrument d’analyse des interactions maritales, en tenant compte qu’il se serait peut – etre avere plus discriminant pour un echantillon plus con traste quant a l’ajustement conjugal. Etant de nature globale, ce systeme est economiq ue. En effet, il ne necessite pas la transcription (verbatim) de l’interaction et il s’execute rapidement. Il possede une excellente validite predictive, puisqu’il est associ e a l’ajustement marital jusqu’a quatre ans apres l’observation initiale. Etant con vergent avec des indices de qualite relationnelle, il peut s’averer utile pour l’evaluat ion de la communication d’un couple lors d’une therapie. De la l’interet de le rendre accessible a la communaute francophone.

Les objectifs de la presente etude visent a mesurer les proprietes psychometriques de l’IDCS applique aux interactions de couples francophones en s uivant les recommandations de Julien et al. (1989) de repeter les resultats sur un echantillon plus contraste quant a l’ajustement marital.

La fidelite interjuges pour les observations recueillies est d’abord presen tee, suivie des resultats de validite convergente. Celle – ci est etablie en comparan t les mesures du SODI (traduction francaise de l’IDCS) a trois mesures subjectives, so it une mesure d’ajustement marital, une mesure de perception de l’intensite des desacco rds dans le couple et une mesure de symptomes psychologiques. La validite convergente est de plus evaluee au moyen d’une mesure comportementale de l’intimite en cours d’interacti on. Enfin, la validite predictive du SODI est evaluee en comparant les observations a trois mesures subjectives ulterieures, soit un questionnaire administre immediat ement apres l’interaction, ainsi qu’une mesure de l’ajustement marital et une mesure d e symptomes psychologiques, obtenues un an apres la prise de donnees initiales.

METHODE

Sujets

Les couples proviennent d’un echantillon initial de 52 couples. Afin de maximis er la variance des scores au test d’ajustement marital, les 20 couples au score moyen le plus e leve et les 20 couples au score moyen le moins eleve ont ete retenus pour les fins de la presente etude (Temps 1). Les couples sont contactes a nouveau un an apres la saisie de donnees afin d’obtenir une deuxieme mesure de leur ajustement marital et de leurs symptomes psychologiques (Temps 2). Trente et un hommes et 31 femmes repo ndent a l’appel. La duree moyenne de vie commune au Temps 1 est de 7.5 ans (etendue = 2 – 21 ans); l’age moyen est de 34.15 ans chez les hommes (etendue = 21 – 44 ans ) et de 32.02 ans chez les femmes (etendue= 20 – 44 ans); 65% des participants ont un ni veau d’etudes collegiales ou plus; le revenu personnel moyen est de 19 687Dollar (ete ndue= 5 000Dollar – 45 000Dollar) et le nombre moyen d’enfants est de 1.31 (E.T. = 1.2 2). Au Temps 1, le score moyen d’ajustement marital est de 101.97 (E.T. = 26.51) chez l es hommes et de 101.65 (E.T. = 29.69) chez les femmes, tel que mesure par le Test d’ajuste ment marital (TAM) de Locke et Wallace (1959). Chez le groupe du Temps 2, le score m oyen d’ajustement marital est de 103.55 (E.T. = 29.36) chez les hommes et de 107.45 ( E.T. = 30.07) chez les femmes. Compare a l’echantillon americain, les couples francophones de Montreal se caracterisent donc par une plus grande etendue de la variation des scores au TAM. A Denver, les scores moyens etaient respectivement de 124 (E.T. = 14.16) et de 127 (E.T. = 12.21) Julien et al., 1989).

Pour les fins de comparaisons statistiques sur les donnees demographiques, les couples ont ete repartis en deux groupes selon le score obtenu au TAM. Un couple est ju ge ajuste si les deux partenaires ont obtenu un score egal ou superieur a 100. Les scores moyens respectifs des ajustes et des non ajustes sont de 124.22 (E.T. = 1 3.41) et de 81.40 (E.T. = 21.61). Les couples non ajustes ont plus d’enfants que les aju stes (t(40) = -.4.56, p

Mesures auto – administrees

Test d’ajustement marital [TAM, version francaise du MAT (Marital Adjustment Tes t; Locke & Wallace, 1959) traduit par John Wright]. Le MAT est une mesure frequemment ut ilisee pour evaluer l’ajustement marital dans les recherches observationnelles sur le c ouple. L’instrument comprend un inventaire de 15 questions a partir desquelles les conj oints evaluent des aspects varies de leur vie maritale. Plus le score total est eleve , plus l’ajustement conjugal est grand. Le MAT possede une excellente fidelite et une validite discriminante et predictive bien etayee (Gottman, Notarius, Markman, Banks, Yopi, & Rubin, 1976; Locke & Wallace, 1959). Dans la presente etude, le test possede un alpha de Cronbach de .81. Une etude de convergence entre le MAT et l e Dyadic Adjustment Scale (DAS; Spanier, 1976) montre des correlations de .86 et d e .88 chez des couples maries et divorces (Spanier, 1987).

Sources de desaccords dans le couple (version francaise, Patterson, 1976). Cet instrument evalue l’intensite percue de 22 situations problematiques typiques de la vie conjugale (e.g., l’argent, la communication, les relations sexuelles). Les partenaires peuvent noter des problemes saillants non inclus dans la liste. Plus le score global es t eleve, plus les desaccords sont marques. Des etudes anterieures indiquent des niveaux de fidelite et de validite discriminante adequats (Julien, 1986). Cet instrument a ete traduit et valide par Bourgeois, Sabourin et Wright (1990). Dans la present e etude, le test possede un alpha de Cronbach de .82.

Symptom Check List 90-R (SCL – 90 – R; Derogatis, 1983). Le SCL est une me sure de psychopathologie. Une liste de 90 questions permet d’evaluer la gravite des sym ptomes eprouves durant la semaine precedant l’entrevue. Plus le score global est eleve, plus les symptomes sont marques. Des etudes anterieures indiquent une bonne consistance interne, de l’invariance factorielle entre les sexes et une bo nne validite discriminante (Derogatis, 1977); Edwards, Yarvis, Mueller, Zingale & Wagman, 197 8). Cet instrument a ete traduit et valide par Fortin et Coutu – Wakulczyk (1985) aupres d’une population quebecoise francophone. Dans la presente etude, le test possed e un alpha de Cronbach de .96.

Questionnaire post – interaction. Des informations sur les effets immediat s de l’interaction sont recueillies au moyen d’un questionnaire comportant trois item s: (a) Jusqu’a quel point l’echange que vous venez d’avoir avec votre partenaire a ete pour vou s un echange intime? (b) Suite a cette discussion avec votre partenaire, jusqu’a que l point vous sentez – vous stresse – e par le probleme dont vous venez tout juste de dis cuter? (c) Suite a cette discussion, jusqu’a quel point vous sentez – vous proche de votre partenaire? Chaque question comporte une echelle de type Likert allant de 0 (pas du tout) a 6 (tres). Les trois items sont consideres individuellement dans l’etude de validation.

Mesures observationnelles

Systeme d’observation des comportements non verbaux d’intimite chez les couples (SOCIC; Brault, Julien & Turcotte, 1991). Le SOCIC mesure l’intimite au moyen d e l’observation systematique de la distance interpersonnelle lors d’une discussion de couple. Ce systeme permet d’evaluer les comportements emis au moyen de cinq canaux non verbaux, soit l’orientation du corps, l’ouverture du corps, la posture d’attenti on, le contact visuel et le toucher. Pour chacun des canaux, chaque partenaire pris separement est ev alue sur une echelle de type Likert, allant de 0 (distancie et pas du tout rapproche du ou de la partenaire) a 4 (tres rapproche du ou de la partenaire). L’unite de codifica tion consiste en des intervalles consecutifs d’une duree de 30 secondes chacun, couvr ant l’ensemble de l’interaction. Brault, Julien et Bouthillier (1992) rapportent un e excellente fidelite, les accords interjuges moyens, pour l’ensemble des canaux, se situant entre .89 et .99, tandis que ceux portant sur chacun des canaux se situent entre .54 et .9 5. Le SOCIC possede aussi une bonne validite discriminante, les couples ajustes ayant un sco re global d’intimite (moyenne de tous les canaux) plus eleve que les couples non ajustes. Dans la presente etude, les observations avec le SOCIC ont ete recueillies pour un so us – echantillon de l’echantillon initial comprenant 10 couples ajustes et 10 non aj ustes.

Systeme d’observation de dimensions d’interaction (SODI, Version revisee de l’IDCS; Julien, Chartrand, Markman & Lyndahl, 1991; Julien, Markman & Lyndahl, 1989). Le SODI comporte six modifications par rapport a la version originale anglaise. Premier ement, la dimension denegation est eliminee etant donne les accords interjuges trop bas lors de l’entrainement et les indices comportementaux de la denegation ont ete inclus dans d’autres dimensions, soit dans le Conflit (e.g., reproche au – a la partenaire de creer, d’amplifier ou d’inventer le probleme), soit dans le Retrait (e.g., denie avoir une responsabilite personnelle, pretend que tout va bien, change de sujet de conversation). Le fait de preserver les indices de denegation permet de mainten ir la specificite de ces comportements dans les regles d’inference et favorise un meil leur accord interjuges.

Deuxiemement, un indice comportemental est ajoute dans la dimension Retrait (dit qu’il n’y a plus rien a faire pour regler le probleme.

Troisiemement, la dimension Resolution de problemes est maintenant codifiee sur la base de l’interaction entiere plutot que sur la base de chaque tiers d’in teraction. En effet, les elements de resolution de problemes sur lesquels l’evaluation est basee ne sont pas distribues de maniere homogene dans chacun des tiers. Par exemple, la description de probleme apparait davantage dans le premier tiers alo rs que la proposition de solution apparait surtout dans le troisieme tiers. La duree tota le de l’interaction est donc une base davantage appropriee pour le jugement de la qual ite de resolution de probleme.

Quatriemement, la dimension Dominance, qui etait incluse dans les dimension s individuelles, est transferee dans les dimensions dyadiques, tel que suggere par Julien, Markman et Lindahl (1989). La Dominance est definie comme le controle d u plancher, que ce soit de facon verbale (ex.: diriger le flot de la conversation) ou non verbale (ex.: interrompre avec succes le – la partenaire). L’interet de cette dimension reside dans le concept d’asymetrie entre les deux partenaires (Gottman, 1979) dans le s ens ou l’un des deux exerce un controle plus marque que l’autre sur la conversation. V ue de cette facon, la Dominance s’avere une propriete dyadique plutot qu’individuelle.

Cinquiemement, deux nouvelles dimensions dyadiques ont ete rajoutees au SOD I: l’Asymetrie dans l’editing et la Synchronie interactionnelle. L’editing refere a la capacite d’un conjoint d’interrompre une escalade negative au moyen de compor tements positifs ou neutres contingents aux propos et/ou a l’affect negatif de son parte naire. Les couples ajustes utilisent ce mecanisme de reparation lors de la resolution de co nflits conjugaux (e.g., Gottman, 1979). Les observateurs – trices notent, lorsqu’il y a asymetrie, lequel des deux partenaires de couple emet davantage de comportements d’editing. Cela genere une donnee sur les possibles differences sexuelles lors d’une interaction de couple.

Sixiemement, bien qu’etant significativement reliee a l’ajustement marital, la dimension dyadique de l’escalade positive est eliminee car cette dimension n’a p as de bases theoriques et elle n’a empiriquement aucun sens. Elle est remplacee par la dime nsion de Synchronie interactionnelle, dans une tentative d’evaluer le caractere positif p ouvant se degager d’une interaction de couple. Julien, Chartrand, Pizzamiglio, Leveille e t Bouthillier (1990) ont cree une dimension dyadique de synchronisation portant su r l’ajustement temporel des activites vocales et kinesiques des partenaires (Syste me de codification d’interaction de soutien, Julien et al., 1990) pour evaluer des tac hes d’interaction de soutien social dans le couple. Cette dimension, codifiee a cha que 30 secondes pendant toute l’interaction, s’est averee positivement reliee a l’ajust ement marital (Julien, Markman, Chartrand, Pizzamiglio, Leveille & Bouthillier, 1991; Julien, 1992; Julien, Chartrand & Begin, 1991).

La Synchronie interactionnelle est theoriquement coherente avec les modeles d’adaptation mutuelle lors d’interaction (Cappella, 1991). Empiriquement, des et udes suggerent que des patrons specifiques d’adaptation mutuelle entre partenaires so nt associes a des evaluations positives de l’interaction, soit par des observateurs entraines, non entraines, ou par les participants eux – memes. Par exemple, plu s les partenaires de conversation sont juges chaleureux, en contact, socialement competents, plus petites sont les differences entre les durees moyennes de pause s des partenaires, entre leurs debits de parole, leurs contenus et leurs types de pron onciation (pour une revue: Cappella, 1991). Les indices comportementaux incluent (a) le taux de tours de parole, (b) le taux de reponses non verbales de l’un – e, contingentes aux enonc es verbaux de l’autre, ou reponses verbales de l’un – e contingentes aux expression s affectives de l’autre (e.g., frequence des hochements de tete pendant que l’autre parle), ( c) la latence de reactivite aux reponses du conjoint (plus le temps de reponse est court entre les reponses de l’un et l’autre, plus la Synchronie interactionnelle est elevee, (d) le taux de segments de parole integree, c’est – a – dire la production de tours de parol e composes de courts enonces, incluant une serie d’interruptions, d’echo, de complement, portant toujours sur le meme sujet. En voici un exemple:

F: Je veux dire que je pense que – H: Peut – etre que – F: – si j’agis comme ca – H: C’est ca, c’est que – F: – c’est parce que j’comprends pas – H: – tu sais pas – F: – vraiment ce qui se passe. H: C’est ca.

et enfin, (e) le degre d’harmonie et de complicite globale qui se degage de l’in teraction. Comme les autres dimensions dyadiques, la cotation de cette dimension porte sur l’interaction en entier.

Le SODI comprend donc un total de 11 dimensions: trois dimensions individue lles negatives (Conflit, Retrait et Affect negatif), quatre dimensions individuelles positives (Habiletes de communication, Soutien – validation, Affect positif et Resolution de problemes) et quatre dimensions dyadiques, dont trois negatives (Escalade negati ve, Dominance et Asymetrie dans l’editing) et une positive (Synchronie interactionne lle).

Les dimensions du SODI sont evaluees selon la frequence et l’intensite des indices sur une echelle de neuf points. La procedure utilisee pour codifier un episode complet d’interaction se deroule en cinq etapes: (a) l’observateur – tri ce regarde une fois l’interaction au complet, observe ensuite le premier tiers de l’interac tion aussi souvent que necessaire afin d’evaluer les dimensions individuelles d’un des partenaires (sauf la dimension Resolution de problemes qui n’est codifiee que sur l’interaction entie re). La meme procedure est utilisee pour la codification du deuxieme et du troisieme tiers de la discussion. Utilisant ensuite l’interaction entiere comme unite de codification, l’observateur – trice evalue les dimensions individuelles, incluant la Resolutio n de probleme, et il – elle evalue le couple, comme unite, sur les quatre dimensions dyadiques. A chacun des jugements, l’observateur – trice note les indices compo rtementaux afin de faciliter la discussion hebdomadaire de fidelite inter – juge. Dans la prese nte etude, les dimensions individuelles des deux partenaires sont codifiees respecti vement par deux observateurs independants, et les dimensions dyadiques sont codifiees par l’observateur codifiant les dimensions individuelles des hommes.

Observateurs – trices

L’entrainement au SODI dure en moyenne 50 heures. Une equipe de six observatric es etudiant au niveau du baccalaureat executent la codification avec le SODI. La codification d’un couple requiert environ quatre heures de travail, donc davanta ge de temps que la codification avec le IDCS (Julien et al., 1989), vraisemblablement occasionne e par la codification independante des deux partenaires. Une equipe independante de troi s observatrices graduees executent la codification des memes couples avec le SOCIC (pour une description detaillee, voir Brault, Julien, Bouthillier, 1992).

Procedure

Les couples sont recrutes a l’aide d’annonces dans les journaux de quartier de l a region de Montreal. Lors d’une premiere visite des couples au laboratoire, les partena ires remplissent separement une serie de questionnaires. Les partenaires sont ensuit e invites a prendre part ensemble a une discussion portant sur un probleme de coup le qu’ils ont choisi a partir de leurs reponses au questionnaire sur les desaccords dans le couple. On demande aux couples de discuter le plus naturellement possible et de tenter, dans la mesure du possible, de solutionner le probleme. La discussion dure 20 minute s en moyenne.

Un an apres la visite, les couples sont contactes par telephone afin de par ticiper a une deuxieme phase de la recherche. Chaque partenaire du couple recoit par la poste une version du TAM et du SCL qu’il – elle remplit de maniere independante du con joint et retourne par la poste au laboratoire.

RESULTATS

Fidelite

La fidelite interjuges du SODI est calculee hebdomadairement a l’aide de correlations intraclasse (Bartko, 1966) entre les evaluations des codificateurs – trices portant sur onze interactions. Les observateurs – trices sont aveugles quant aux interactions servant a la verifica tion de la fidelite. Le tableau 1 presente les coefficients de correlation pour chaque dim ension specifique ainsi que pour les dimensions combinees. Toutes les dimensions ont u n coefficient superieur a .30, a l’exception des Habiletes de communication chez l es femmes. Le tableau 2 montre que les scores sur cette dimension presentent un pl us petit ecart type que celui des autres dimensions, ce qui peut expliquer en partie l’as sociation plus faible entre les scores des observateurs sur l’echelle. Cette dimension est don c retiree pour les analyses ulterieures.

Intercorrelations entre les dimensions

Les cotations des trois tiers d’interaction sont correlees significativement aux cotations basees sur l’interaction entiere. Les analyses subsequentes portent donc sur le s scores des six dimensions retenues evaluees sur la base de l’interaction entiere. Des correlations de Pearson entre les dimensions individuelles du SODI indiquent un haut degre d’interdependance entre les dimensions individuelles, tant chez les hommes que c hez les femmes (tableau 3).

Une analyse des composantes principales a donc ete effectuee afin de reduir e le nombre de variables dans les analyses ulterieures. L’analyse extrait un facteur unique constitue des six dimensions individuelles, chacune ayant un coefficient de satu ration superieur a .5. [Conflit (.81), Retrait (.79), Affect negatif (.87), Soutien – validation (-.88), Affect positif (-.87) et Resolution de problemes (- .61). Le facteur, appele Competence individuelle de resolution de conflit (CIRC), expliqu e 64% de la variance totale des observations. Les analyses ulterieures sont donc base es sur le score factoriel obtenu. Le score factoriel moyen de CIRC est de -.104 (E.T. = . 91) chez les hommes et de .104 (E.T. = 1.00) chez les femmes. Les correlations entre les dime nsions dyadiques (tableau 3) suggerent davantage d’independance entre elles. Les dimen sions ont donc ete conservees individuellement dans les analyses subsequentes.

Validite convergente

Les dimensions retenues du SODI sont correlees avec les trois mesures auto – administrees et la mesure comportementale d’intimite (tableau 4). Tel qu’attend u, une plus grande competence individuelle (CIRC) des conjoints est positivement associee a un plus grand ajustement marital (TAM).

Les correlations entre les dimensions dyadiques du SODI et le TAM montrent que seule la Synchronie interactionnelle est associee a l’ajustement marital des hommes. Chez les femmes par ailleurs, toutes les dimensions dyadiques du SODI sont associees a le ur ajustement marital, dans la direction attendue, a l’exception de l’Asymetrie dan s l’editing.

Les correlations entre les dimensions du SODI et le SCL – 90 – R chez les d eux conjoints montrent que seule la Competence des femmes est associee negativement a leur propre degre de symptomes psychologiques. De plus, a une exception pres, aucune des dimensions dyadiques n’est associee avec le degre de symptomes des conjoints .

Les correlations entre les dimensions du SODI et les perceptions de desacco rds dans le couple indiquent que la Competence des hommes n’est pas associee a leurs perceptions, quoiqu’elle soit associee a celles de leur conjointe. La Competenc e des femmes, par ailleurs, est negativement associee aux perceptions de desaccords de s deux conjoints.

L’evaluation des dimensions dyadiques indique que moins l’interaction est synchronisee, plus les conjoints percoivent des desaccords dans leur couple. Ma is a l’exception de l’Escalade negative, aucune autre dimension dyadique n’est associ ee aux perceptions de desaccords.

L’etude de convergence entre les deux mesures observationnelles (SODI et SO CIC) montre que, encore ici, la Competence des hommes n’est pas associee a leurs prop res comportements d’intimite tout en etant associee aux comportements d’intimite des femmes. Aussi, la Competence des femmes se trouve associee aux comportements d’intimite chez les deux sexes. On note enfin que la Synchronie interactionnell e est fortement correlee aux comportements d’intimite des femmes, mais independante des comportements d’intimite des hommes.

Validite predictive

La validite predictive du SODI est evaluee au moyen de correlations entre les dimensions du SODI mesurees au Temps 1 et les trois mesures subjectives recueill ies ulterieurement au Temps 2.

La Competence des hommes et des femmes et leur synchronisation comportement ale sont positivement associees au sentiment de proximite rapporte par les hommes apres l’interaction (rs respectifs = .53, p

Considerant les mesures obtenues chez les femmes dans les minutes qui ont s uivi l’interaction, on remarque que ni la Competence Individuelle des conjoints ni le s dimensions dyadiques ne sont associees aux perceptions post – interaction des femmes (a l’e xception de la Synchronie interactionnelle negativement associee a leur degre de stress p ost – interaction, r = -.34, p

L’evaluation de la validite predictive du SODI, eu egard aux donnees recueillies un an apres les observations initiales, est evaluee au moyen de corr elations partielles entre les dimensions comportementales et les mesures d’ajustement (TAM et SCL) en controlant les scor es d’ajustement recueillis au Temps 1. La Competence individuelle des hommes est positivement associee a leur ajustement marital au Temps 2 (r partiel = .68, p

DISCUSSION

La presente recherche presente les indices de fidelite et de validite du SODI, version francaise et modifiee de l’IDCS. Les resultats montrent que ce systeme d’observation possede d’excellentes proprietes psychometriques lorsqu’il est uti lise avec un echantillon contraste sur les mesures subjectives d’ajustement marital.

A l’exception des Habiletes de communication, toutes les dimensions du SODI atteignent un seuil satisfaisant de fidelite interjuges. La plus faible variance des score s sur la dimension Habilete de communication suggere qu’une plus grand etendue de la vari ation des scores obtenus sur les dimensions positives et negatives facilite l’accord d es observateurs – trices. Il est fort possible que la plus grande variance des scores d’ajusteme nt du groupe quebecois compare au groupe americain ait produit davantage de variance des conduites d’interaction et rendu plus facile l’accord interjuges. Ceci explique rait pourquoi la fidelite du SODI est dans l’ensemble superieure a celle obtenue avec l’IDCS aupres des couples americains (Julien et al., 1987; 1989).

L’etude de la structure factorielle du SODI montre l’existence d’un facteur unique pour les dimensions individuelles des hommes et celles des femmes. Ces donnees sont coherentes avec lesbases theoriques et empiriques ayant servi a conceptualiser les dimensions du systeme et les regles d’inferences guidant les jugements des obser vateurs – trices. Il est possible aussi que, comme le suggerent Weiss et Tolman (1990), les observateurs – trices aient tendance a utiliser une impression globale de l’inte raction.

En accord avec nos attentes, le SODI s’avere sensible aux mesures concurren tes choisies, particulierement les dimensions individuelles, et, parmi les dimensions dyadique s, la Synchronie interactionnelle. Les autres dimensions dyadiques s’averent moins va lides dans la presente etude. L’ajout de la Synchronie interactionnelle comme nouvelle dim ension dyadique est donc fort pertinente. Les resultats, conformes a ceux obtenus avec le SCIS (Julien et al., 1991; Julien, 1992; Julien, Chartrand, & Begin, soumis) suggeren t l’importance de mieux comprendre les processus de synchronisation et d’adaptatio n mutuelle des partenaires en cours d’interaction.

Le SODI presente generalement une moins bonne convergence avec le degre de symptomes psychologiques des partenaires, a l’exception des comportements indivi duels des femmes. Ces resultats sont coherents avec ceux d’autres etudes qui montrent que la detresse maritale est plus fortement associee a la detresse psychologique des femmes qu’a celle des hommes (Julien & Markman, 1991; Pearlin, 1975). Les homme s seraient davantage vulnerables aux fluctuations de leur vie de travail qu’a cell es de leur vie maritale (Pearlin, 1975).

Les resultats indiquent que les comportements individuels des hommes ne son t pas associes aux desaccords qu’ils percoivent. Toutefois, moins l’interaction est synchronisee et plus l’escalade negative est elevee, plus les hommes percoivent l’existence de conflits dans le couple. Ces resultats concordent avec ceux de l ‘etude americaine qui montrent que la perception de conflits chez les hommes est partic ulierement sensible a la reciprocite de comportements negatifs, suggerant que l’escalade negative influence davantage les evaluations subjectives des hommes que celles d es femmes. Des auteurs ont suggere a cet effet que les hommes seraient physiologiquement plus vulnerables que les femmes a l’expression d’affect negati f (Levinson & Gottman, 1983). Chez les femmes de Montreal, par ailleurs, leurs comportements individuels et ceux de leurs conjoints sont associes aux perceptio ns qu’elles ont de l’intensite des desaccords dans le couple. Ce resultat contraste avec l’ etude americaine dans laquelle aucune des conduites des femmes n’etaient associees aux evaluations subjectives de desaccords. La plus grande variance des degres d’aju stement marital des couples dans la presente etude explique peut – etre cette difference .

Notons que la Synchronie interactionnelle est la seule dimension dyadique q ui soit associee negativement a la perception des desaccords chez les deux conjoints. C eci confirme une fois de plus l’utilite de cette nouvelle dimension positive dans le systeme d’observation.

Le patron d’associations entre les dimensions du SODI et les comportements d’intimite mesures par le SOCIC montre une tendance des dimensions du SODI a etre davantage reliees aux comportements d’intimite des femmes qu’a ceux des hommes. Les associations indiquent que plus l’interaction est positive (et moins elle est ne gative), plus les femmes se tiennent physiquement pres de leur conjoint. Les dimensions dyadiques ne convergent pas avec les mesures d’intimite, a l’exception de la Synchronie inter actionnelle qui est associee aux comportements d’intimite des femmes. Ces donnees sont coherentes avec l’etude de Brault et al., (1992) qui montre que les femmes marit alement ajustees emettent plus de strategies de rapprochement physique et moins de dista nciation que les femmes non ajustees, alors que les positions physiques des hommes demeur ent relativement independantes de leur degre d’ajustement marital. Ces donnees suggerent que les femmes, par leurs strategies d’avancement et de distanciation physiques, sont de meilleurs regulateurs de la distance interpersonnelle lors de la resolut ion de conflits conjugaux. Cela pourrait expliquer pourquoi les femmes semblent davantage tolere r l’expression d’affect negatif, alors que les hommes, plus statiques, seraient da vantage exposes a ses effets nefastes.

Les resultats concernant la validite predictive du SODI montrent que les comportements des hommes predisent leur sentiment de proximite ressenti par rapp ort a leur partenaire, immediatement apres la discussion. Ces resultats suggerent que leur perception est congruente avec la facon dont ils se comportent durant l’interact ion. Ceci semble moins le cas des femmes, pour qui les comportements demeurent independant s de leurs sentiments de proximite. Encore une fois, notons que la Synchronie intera ctionnelle est la seule dimension dyadique qui predise les perceptions post – interactions. Pl us les conduites des partenaires sont synchronisees, moins les hommes rapportent de stress apres l’interaction, et plus ils se sentent proches de leur partenaire.

Les resultats montrent aussi que le SODI predit l’ajustement marital des ho mmes un an apres les observations, mais non celui de leur conjointe. Contrairement a l’ idee que les femmes sont les barometres de l’ajustement marital, notamment par leur degre de negativite, nos resultats suggerent que les hommes deviennent les barometres du maintien de l’ajustement conjugal dans le temps. Il est possible que l’ajusteme nt des femmes soit davantage sensible aux variations contextuelles ayant survenu entre temps.

Il est important d’evaluer l’utilite des modifications apportees a l’IDCS. D’une part, le fait d’inclure les indices comportementaux de la denegation dans les di mensions conflit et retrait semblent faciliter les accords inter – juges.

D’autre part, l’Asymetrie dans l’editing s’est averee peu utile. Notons que les dimensions dyadiques Dominance et Asymetrie dans l’editing sont positivement associees entre elles. En fait, les deux portent sur une caracteristique d’asym etrie entre les deux partenaires. Plus la dominance est elevee, plus les hommes emettent de s comportements de retrait et plus les femmes expriment de l’affect negatif. Ces resultats laissent croire que, comme dans le cas de l’Asymetrie dans l’editing, les hommes ont tendance a assumer le role de moderateur de la negativite de leur conjointe. Il serait donc approprie, dans une future utilisation du SODI, d’inclure l’Asymetri e dans l’editing en tant qu’indice comportemental supplementaire dans la dimension Domi nance. Cette modification pourrait rendre la dimension Dominance davantage discriminant e de l’ajustement marital et/ou des differences sexuelles.

Rappelons aussi que la Synchronie interactionnelle, nouvelle dimension port ant sur l’organisation des conduites positives de la dyade, demontrent des proprietes metriques fort satisfaisantes.

Sur la plan de l’analyse statistique enfin, notons que l’analyse des dimens ions individuelles en composantes principales s’avere un methode interessante pour reduire l’erreur de type 1, engendree par des analyses repetees sur une serie de dimensions dependantes. Cette methode met en evidence un facteur non reductible a aucune des dimensions specifiques en particulier, contrairement a l’analyse de regressi on, par exemple, qui ne retiendrait arbitrairement que les dimensions les plus fortement correlees au critere d’interet et rendrait la discussion hasardeuse sur le plan theorique.

En conclusion, le SODI est un systeme utile pour evaluer rapidement les int eractions de couple. Toutefois, nous devons demeurer prudents dans l’interpretation de no s resultats etant donne la possibilite d’erreurs dues au nombre eleve d’analyses statistique s. Neanmoins, les resultats encourageants de la presente etude suggerent que le SODI est un instrument prometteur et aisement accessible a des fins cliniques.

Les demandes de tires a part doivent etre adressees a Elise Chartrand, Departement de psychologie, Universite du Quebec a Montreal, C.P. 8888, Succursale ‘A’, Montreal, Quebec, H3C 3P8. Cette recherche a ete subventionnee par le CRSHC, #410 – 90 – 1010. Nous tenons a remercier Anick Lab elle, Marie – Claude Briand, Marion Lepage, Manon Baril, Sonia Desmarais et Donald Bou thillier pour leur excellent travail de codification, ainsi que tous les couples pour leu r genereuse participation a cette etude.

References

Bartko, J.J. (1966). The intraclass correlation coefficient as a measure of rel iability. Psychological Report, 19, 3 – 11.

Bourgeois, L., Sabourin, S., & Wright, J. (1990). Predictive validity of therap eutic alliance in group marital therapy. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 58, 608 – 613.

Brault, M., Julien, D., & Turcotte, M.J. (1991). Systeme d’observation des comp ortements non verbaux d’intimite chez les couples. Manuscript non publie, Departement de psychologie, Universite du Quebec a Montreal.

Brault, M., & Julien, D., Bouthillier (1992). Analyse des comportements non ver baux lies au processus d’intimite lors d’interactions entre partenaires de couples ajustes et non ajustes. Congres annuel de la Societe canadienne de psychologie, Quebec (Que.).

Cappella, J.N. (1991). Mutual adaptation and relativity of measurement. In B.M. Montgomery & S. Duck (Eds.), Studying Interpersonal Interaction (pp. 103 – 117). New York , Guilford Press.

Derogatis, L.R. (1977). SCL – 90 – R: Administration, scoring, and procedures manual I. Baltimore, MD: Clinical Psychometrics Research.

Derogatis, L.R. (1983). Description and bibliography for the SCL – 90 – R and o ther instruments of the psychopathology rating scales series. Baltimore, MD: Johns Hopkins University School of Medecine.

Edwards, D.W., Yarvis, R.M., Mueller, D.P., Zingale, H.C. & Wagman, W.J. (1978). Test – taking and the stability of adjustment scales. Evaluation Quarterly, 2, 275 – 291.

Fortin, M.F., & Coutu – Wakulczyk, G. (1985). Validation et normalisation d’une mesure de sante mentale: le SCL – 90 – R. Rapport final, Universite de Montreal, Faculte des sciences infirmieres.

Gottman, J.M. (1979). Marital interaction: Empirical investigations. New – Yor k: Academic Press.

Gottman, J.M., Notarius, C.I., Markman, H.J., Banks, D., Yopi, B., & Rubin, M.E. (1976). Behavior exchange theory and marital decision making. Journal of Personality an d Social Psychology, 34, 14 – 23.

Hetherington, E.M. & Martin, B. (1972). Family interaction and psychopathology in children. In H.C. Quay & J.S. Werry (Eds.), Psychopathological disorders of childhood (pp. 247 – 302). New – York: John Wiley & Sons.

Jacob, T. (1975). Family interaction in disturbed and normal families: A method ological and substantive review. Psychological Bulletin, 82, 33 – 65.

Julien, D. (1986). Patrons dyadiques des perceptions d’interactions sexuelles c hez les couples maritalement ajustes et non ajustes. These doctorat inedite. Universite du Quebec a Montreal.

Julien, D. (1992). Expanding Marital Adjustment Theories or What if Marriage We re Fun?. Communication presentee au Fourth World Congress on Behavior Therapy, Gold Coast , Queensland, Australia, 4 – 8 juillet, 1992.

Julien, D., Chartrand, E., Pizzamiglio, T., Leveille, S. & Bouthillier, D. (1990 ). Systeme de Codification d’Interaction de Soutien. Departement de psychologie, Universite du Quebec a Montreal.

Julien, D., Chartrand, E., Markman, H.J., & Lindahl, K. (1991). Systeme d’Obser vation des Dimensions d’Interaction. Departement de psychologie, Universite du Quebec a Montreal.

Julien, D., Chartrand, E., & Begin, J. (Soumis). Organization of positive behav iors in adjusted and unadjusted couples: A gear conceptualization of social support. M anuscript soumis pour publication.

Julien, D., & Markman, H.J. (1987). A comparison of a global and a microanalyti c coding systems: Implications for future trends in coding interactions. Communication presentee dans le cadre du Symposium Methodological Issues in coding marital and family in teraction, 21st Annuel AABT Convention, Boston, Mass.

Julien, D., Markman, H.J., & Lindahl, K.M. (1989). A comparison of a global and a microanalytic coding system: Implications for future trends in studying interac tions. Behavioral assessment, 11, 81 – 100

Julien, D., & Markman, H. (1991). Social support and social networks as determi nants of individual and marital outcomes. Journal of Personal and Social Relationships, 8, 549 – 568.

Julien, D., Markman, H.J., Chartrand, E., Pizzamiglio, T., Leveille, S. & Bouthi llier, D. (1991). Social support in distressed and non -distressed couples: An intera ctional analysis. Communication presentee au congres annuel de l’American Psychological Associatio n, San Francisco, California, aout 1991.

Krokoff, L.J., Gottman, J.M., & Hass, S.D. (1989). Validation of a global rapid couples interaction coding system. Behavioral Assessment, 11, 65 – 80.

Knox, D. (1971) Marriage happiness. Champaign, IL: Research Press.

Levinson, R.W., & Gottman, J.M. (1983). Marital interaction: Physiological link age and affective exchange. Journal of Personality and Social Psychology, 45, 587 – 597

Locke, H., & Wallace, K. (1959). Short marital adjustment and prediction tests: Their reliability and validity. Marriage and Family Living, 21, 251 – 255

Markman, H.J., Jamieson, K., & Bigelow, C. (1982). Couples interaction scoring system for marital and premarital couples interactions: Affect. Unpublished manuscript, Un iversity of Denver.

Markman, H.J., & Notarius, C.I. (1987). Coding marital and family interaction. In T. Jacob (Ed.), Family interaction and psychopathology (pp. 329 – 389). New – York: Ple num Press.

Patterson, G.R. (1976). Some procedures for assessing change in marital interac tions patterns. Oregon Research Institute Bulletin, 16.

Pearlin, L.I. (1975). Sex roles and depression. In N. Datan & L.H. Ginsberg (E ds), Life – Span Developmental Psychology: Normative Life Crisis. New – York: Academic Pr ess.

Schapp, C. (1984). A comparison of the interaction of distressed and nondistres sed married couples in a laboratory situation: Literature survey, methodological issues, an d an empirical investigation. In K. Hahlweg & N.S. Jacobson (Eds.), Marital interaction: Anal ysis and modification (pp. 133 – 158). New – York: Guilford Press.

Spanier, G.B. (1976). Measuring dyadic adjustment: New scales for assessing th e quality of marriage and similar dyads. Journal of Marriage and the Family, 38, 15 – 28.

Spanier, G.B. (1987). Dyadic adjustment scale. In N. Fredman & R. Sherman (Eds .), Handbook of Measurement for Marriage and Family Therapy. New – York: Brunner/Ma zel.

Weiss, R.L., & Tolman, A.O. (1990). The Marital Interaction Coding System – Glo bal (MICS – G): A global companion to the MICS. Behavioral Assessment, 12, 271 – 294.

Soumis le 10 aout 1992 Revise le 30 juin 1993 Accepte le 30 juin 1993

TABLEAU 1

Coefficients de correlation intraclasses des accords interjuges du SODI

Indices d’accord

Hommes Femmes Couples

Dimensions individuelles .66 .75 na combinees

Dimensions individuelles separees Conflit .86 .70 na Retrait .59 .65 na Affect negatif .43 .51 na Habiletes de communication .56 .20 na Support – val idation .72 .40 na Affect posit if .48 .47 na Resolution du probleme .76 .48 na

Dimensions dyadiques combinees na na .75

Dimensions dyadiques separees Synchronie interactionnelle na na .66 Escalate negative na na .89 Dominance na na .60 Asymetrie dans l’editing na na .72

Note. na = non applicable

TABLEAU 2

Moyennes et ecarts types des dimensions du SODI pour les hommes, les femmes et l es dyades

Hommes Femmes

Moy E.T. Moy E.T. Dimension s individuelles Conflit 3.55 2.05 4.75 2.68 Retra it 4.57 2.05 3.45 2.02 Affect Negatif 3.50 2.05 4.37 2.27 Habiletes de communication 5.25 1.77 6.55 1.30 Support – Validation 4.95 2.14 4.90 2.12 Affect positif 5 .00 2.01 4.35 2.25 Resolution du probleme 4.01 2.50 4.05 2.58

Dimensions dyadiques Synchronie interactionnelle na na na na Escal ade negative na na na na Dominance na na na na Asymetrie dans l’editing na na na na

Table continued…

Dyade Moy E.T.

Dimensions individuelles Conflit na na Retrait na na Affect Negatif na na Habiletes de communication na na Support – Validation na na Affect posit if na na Resolutio n du probleme na na

Dimensions dyadiques Synchronie interactionnelle 5.55 1.82 Escalade neg ative 2.45 2.58 Dominance 3.65 2.60 Asymetrie dans l’editing 3.02 2.84

Note. na = non applicable

TABLEAU 3

Intercorrelations entre les dimensions du SODI pour les hommes, les femmesa et l a dyade

Conf Retr Affneg Supp Affpos

Dimensions individuelles ‘Symbol not transcribed’b

Conf .51 .78 -.79 -.65 Retr .48 .62 -.59 -.68 Affneg .68 .68 -.76 -.76 Supp -.60 -.71 -.64 .65 Affpos -.45 -.79 -.71 .70 Reso ns -.43 ns .48 .40

Dimensions dyadiques ‘Symbol not transcribed’c

Escneg Domi Edit

Table continued…

Reso Sync Escneg Domi

Dimensions individuelles’Symbol not transcribed’b

Conf -.54 Retr -.35 Affneg -.51 Supp .58 Affpos .56 Reso

Dimensions dyadiques’Symbol not transcribed’c

Escneg ns Domi -.52 ns Edit ns ns .43

Note. ns = non significatif. Le seuil de signification eat de p

a’Symbol not transcribed’Les correlations impliquant les dimensions des hommes s ont presentees en bas de la diagonale et celles impliquant les dimensions des femmes sont presentees en have de la diagonale.

b’Symbol not transcribed’Conf = Conflit, Retr = Retrait, Affmeg = Affect negatif , Supp = Support/Validation, Affpos = Affect posit if

c’Symbol not transcribed’Sync = Synchronie interactionnelle, Escneg = Escalade n egative, Domi = Dominance,

Edit = Editing

TABLEAU 4

Coefficients de correlation de Pearson entre les dimensions individuelles et dya diques du SODI et le TAM, le SCL, les sources de desaccords et les comportements d’intimit e

Hommes

TAM’Symbol not SCL’Symbol not

transcribed’a transcribed’b

Dimensions individuelles CIRC’Symbol not transcribed’e hommes .46** ns CIRC fem mes .59** ns

Dimensions dyadiques Synchronie .52** ns interact ionnelle Escalade negative ns ns Dominanc e ns ns Asymetrie dans l’editing ns .36*

Table continued…

Hommes

DES’Symbol not INT’Symbol not

transcribed’c transcribed’d

Dimensions individuelles

CIRC’Symbol not transcribed’e hommes ns ns CIRC fem mes – .55 .47*

Dimensions dyadiques Synchronie -.33* ns interact ionnelle Escalade negative .33* ns Dominanc e ns ns Asymetrie dans l’editing ns ns

Table continued…

Femmes

TAM SCL

Dimensions individuelles CIRC’Symbol not transcribed’e hommes .55** ns CIRC fem mes .69** -.55**

Dimensions dyadiques Synchronie .61** ns interact ionnelle Escalade negativ -.33* ns Dominanc e -.35* ns Asymetrie dans l’editing ns ns

Table continued…

Femmes

DES INT

Dimensions individuelles CIRC’Symbol not transcribed’e hommes .46** .68** CIRC femmes -.62** .72**

Dimensions dyadiques Synchronie -.44** .58** inter actionnelle Escalade negative ns ns Dominan ce ns ns Asymetrie dans l’editing ns ns

Note. ns = non significatif

a Test d’ajustement marital [version francaise du MAT (Locke & Wallace, 1959)]

b Symptom Checklist 90 – R [version francaise (Derogatis, 1983)]

c Perceptions des desaccords dans le couple [version francaise (Patterson, 1976)]

d Systeme d’observation des comportements non verbaux d’intimite chez les couples (SOCIC; Brault, Julien & Turcotte, 1991)

e Competences individuelles de resolution de conflit

* p

Copyright Canadian Psychological Association Apr 1994

Provided by ProQuest Information and Learning Company. All rights Reserved